Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Si elle a approuvé le chronogramme de la transition fixée à 24 mois, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) n’a, en revanche, pas « validé » le dialogue inclusif tenu du 24 novembre au 15 décembre 2022.

Les dirigeants de l’autorité sous-régionale au cours de leur Sommet du 4 décembre 2022, ont demandé à la junte au pouvoir en Guinée « un nouveau dialogue inclusif », quitte à ce que les discussions se tiennent dans un pays étranger.

Mais avec les derniers développements de l’actualité sociopolitique, on voit bien que cette demande de la Cedeao n’emballe pas du tout les autorités de la transition. Au contraire, elles maintiennent leur cap de départ et continuent de dérouler leur agenda.

Mercredi 21 décembre 2022, le Chef de la Transition guinéenne, Colonel Mamadi Doumbouya, a reçu les conclusions des travaux du Cadre de dialogue inclusif inter-guinéen, boudé par l’UFDG, l’UFR, le RPG arc-en-ciel, considérés comme étant les plus grands partis politiques du pays. La cérémonie organisée au Palais Mohamed V, a connu la présence des parties prenantes au dialogue ainsi que les partenaires techniques et financiers dont le représentant résident de la Cédeao en Guinée.

Alors que Washington a salué ce mardi 27 décembre l’achèvement d’une « phase importante » tout en encourageant le Gouvernement à poursuivre ce dialogue inclusif pour une transition pacifique, Umaro Sissoco Embalo, président en exercice de la Cedeao veut reprendre la main. C’est dans ce cadre qu’il a entamé des consultations avec les acteurs sociopolitiques guinéens impliqués dans la résolution de la crise.

Mais l’initiative qualifiée de salutaire par certains, se heurte à un obstacle majeur. 

« Soyons quand même un peu sérieux avec nous-mêmes ! Est-ce que vous voyez le Gouvernement remettre tout ce qui a été fait en cause tout simplement parce que trois Partis politiques (UFDG, UFR, RPG, www.nrgui.fr)ont décidé de bouder les discussions ? C’est inimaginable. Le train a bougé, ceux qui ne veulent pas monter à bord, libre à eux. Ils viendront quand ils le voudront », tranche un officiel.

Dans la soirée du mardi 27 décembre 2022, le président de la transition a pris un décret créant un Comité National Permanent de Suivi de la mise en œuvre des Résolutions du Cadre de Dialogue inclusif inter-guinéen. Un acte qui traduit, on ne peut plus clair la position de Conakry. « On veut aller de l’avant parce que 24 mois ce n’est pas beaucoup par rapport à tout ce qui doit être fait », indique la même source.

A l’allure où vont les choses, le risque d’un nouveau bras de fer, voire un regain de tension entre la junte et la Cedeao est bien réel. Toutefois, avec l’implication du médiateur de la Cedeao dans la crise guinéenne, Thomas Boni Yayi, l’escalade est (peut-être) évitable.

Focus Africaguinee.com

source, africaguinée, relu par SNB pour www.nrgui.fr

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

NB : Avec le témoignage de Toumba, et ceux qui devraient suivre, notamment celui des acteurs politiques initiateurs de ce rassemblement, "Le Dialogue déjà mis en veilleuse devient un non évènement, Il n'en sera que plus riche et incontournable, après. (SNB)

Qui est le cerveau du recrutement de la milice formée au camp de Kaléah ? Ce lundi 24 octobre 2022, lors de son audition, le commandant Toumba Diakité est revenu sur cette milice souvent pointée du doigt dans la commission des atrocités survenues au stade du 28 septembre 2009. Extrait.

« Le directeur du centre de Kaléyah était le colonel Bienvenue Lamah, son adjoint était le colonel Louis Kpoghomou. Le formateur était le colonel Blaise Goumou. Ils étaient au centre là-bas. Parmi ceux qui étaient chargés de la coordination, il y a l’intendant particulier du président Moussa Dadis Camara, le capitaine Gono Sangaré, le chef de la sécurité à la Présidence le capitaine Makambo et le colonel Théodore. Le tout était coordonné par le président de la République Capitaine Moussa Dadis Camara. Ce groupe-là est un cercle restreint. Si tu n’es pas un des leurs (de la même région),  tu n’as pas accès à Kaléyah.

A date, je ne peux pas conduire quelqu’un à Kaléyah. Même Pivi et Marcel, je ne crois pas s’ils connaissent Kaléyah. A ma connaissance je ne crois pas. Ce n’est pas parce qu’à un moment donné ils ont tué mes collègues, décapité certains aux 32 escaliers, ce n’est pas parce qu’ils avaient arrêté mon père, l’ont envoyé aux 32 escaliers, ce n’est pas parce que Pivi a bloqué l’aéroport pour le retour de ma mère à la Mecque (…), Ce n’est pas à cause de tout ça, à côté d'une histoire aussi importante que je vais avoir une dent contre eux. A ma connaissance, Marcel et Pivi ne sont pas associés à l’affaire de Kaléyah »

L'audience reprendra demain mardi, 25 octobre 2022 pour la suite des débats.

source africaguinee

Relu par Saïdou Nour Bokoum pour www.nrgui.fr

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Nouvelle République de Guinée, www.nrgui.fr

La casse de Démoudoula fait partie d’un projet anti-culturel, antiéconomique, anti-écologique, par suite antinational. Il s’agit d’un pseudo-projet d’habitations sociales qui part du Plazza (bloody) Diamond) à Kipé, en passant par Kobaya, Foula Madina jusqu’à Dubréka. Je connais deux bouts de cette longue file d’expropriations, de violations de la loi et d’actes de bandits dignes du Far West de l’Amérique du massacre des « Peaux rouges », les « natives ».

A Kobya, pendant qu’on achète à vil prix des parcelles qui valent des milliards aux natifs « analphabètes » ainsi délestés des « boras » qui les nourrissaient et qui devaient revenir à leurs héritiers ainsi réduits à jouer au foot, aux Playstations nuit et jour, voués au chômage et à la délinquance, des ministres s’offrent des immeubles qui grattent le ciel, des piscines arrachées à la mer, tel Louncéni Fall ou comme Mohamed Diané (qu’Alpha menaçait d’un coup de balai, dixit Cheik Yérim Seck, mais qui atterrit à la tête des armées), ce cacique du RPG qui s’offre des parcelles pour le moment invisibles.

 

Les deux Loucény (Fall et Camara) sont à couteaux tirés, le second a mis des croix rouges sur la villa à détruire, du premier, Ils en sont là pour le moment. Le Lou-CENI qui n’a pas été audité, doit avoir son dossier sous le coude de Fall qui pourrait le balancer s’il s’entêtait à casser sa villa. En effet la CENI de Loucény était multimilliardaire avant qu’Alpha ne lui trouve ce terrain d’atterrissage où il joue les vertueux casseurs. Tout le monde sait que le moindre petit démembré des CENI s’est offert une villa dans son village natal, après avoir proprement fait son travail technique d’invisibles fraudes à la barbe des « opposants ».

J’ai dit anti-culturel

La menace de démolition concerne aussi Foula Mdina où il y a ce fameux lac qu’il faut protéger par une bande de 25, 50 ou 100 mètres, ce qui reviendrait à raser toutes les « réalisations » riveraines. Or 40 hectares de Foula Madian voire plus, presque tout Sonfonia, sont réservés à la Culture et aux hommes de culture (y compris le tourisme). Combat d’un certain Mamadi Falo, un promotionnaire à moi qui m’a montré un projet fou d’artiste rêveur, pendant que les futurs « pupards » défilaient dans mon bureau pour taper sur Lansana Conté; c’était au ministère de la Jeunesse où j’étais conseiller de Joseph Bago Zoumanigui. Sans état d’âme, Solano, Somparé, Kory Koundiano, Makalé Camra, Assifat Dorank Djaséni, Mamady Diawara Yaourt-PTS, etc.; concoctaient le RDP, futur PUP à offrir au même Lansana Conté !

Voilà, en 1997, les services de l’urbanisme et de l’habitat ont fait un lotissement, occasion criminelle pour eux de vendre les 2/3 des parcelles à de riches voleurs guinéens, dépossédant les détenteurs de titres coutumiers ou donations, comme moi. Ceux qui n’ont pas pignon sur rue ou qui étaient tout simplement à l’Extérieur, bien fait pour ces anti-guinéens !

De 2500, ma parcelle est devenue une peau de chagrins de moins de 700 m2, sur lesquels un véreux du gouvernorat a coupé 15O m2 pour les attribuer à un yèttè Diallo. Voilà 5 ans que je fais des va-et-vient pour récupérer, en vain, la petite dépouille que veulent me laisser ces salopards de la DATU qui affirment que l’ordre vient de la Hiérarchie, donc d’Alpha Condé soi-même. Et ils n’ont pas tort, voir son odyssée à Démoudoula. Du moins c’est ce que m’a affirmé Ibrahima Camara, indéboulonnable DN de la DATU-Colléah, non pas parce qu’il fut un « petit » de Malick Condé, mais parce que quand ses ministres sautent (Ibrahima Bangoura par ex.), lui il reste, pour jouer à saute-mouton avec « la petite dernière » de Mohamed Diané (dixit un cadre de l’urbanisme qui sait de quoi il parle). C’est pour cela d’ailleurs que cet insolent qui a dû avoir un mauvais solima au marigot des circoncis ou alors a silana mourougnè, a l’ergot haut. Il avait giflé un vieillard de plus de 70 ans dans les couloirs du ministère :

Vous me fatiguez monsieur Bokoum !

Seul un mal initié à la lippe tordue d’un alcolo peut parler ainsi à un grand de son grand. Malick Condé son grand m’appelait, sans jamais y déroger, J-T Sénior, pendant qu’Alpha nous taquinait par « Jeunes Turcs » depuis la FEANF. Malick doit se retourner dans sa tombe qui m’envoyait des textes venant de « jeunes patriotes », c’est-à-dire les Ibrahima Kourouma, Bantam Sow et peut-être Ibrahima Camara dont j’ai récemment lu la prose purulente. Textes que je torchais avant de les renvoyer à Malick. Ils sont nombreux à avoir signé notre Manifeste Guinée Odyssée 2010. Certains sont ministres, d’autres plus humblement croupissent sous les godasses de ceux-là qui les martyrisaient et qu’Alpha a promus !

Antiéconomique

Ce projet d’habitations sociales n’est rien d’autre que le prolongement de Plazza (bloody) Diamond dont les appartements coûtent au bas mot 6OO 000 euros. Quel est le fonctionnaire lambda qui peut s’offrir un tel luxe alors qu’il n’a pas de quoi se payer deux repas par jour, le premier étant un pripra (tripes, piment, abats avariés, nageant dans n’importe quoi) pris au bureau ? En vérité, ce projet chinois se substitue à un projet japonais qui prévoyait plutôt des cultures, l’amélioration des méthodes culturales des natifs vrais PROPRIETAIRES de ces terres (segment de Kobaya), sans les déposséder et qui par-dessus le marché, assurerait à l’Etat des rentrées de devises sauvées de leur diaspora dans l’achat sur le marché international de ce riz qui ne donne que constipation et que nos maman abhorraient, : India ! Modjia, a mu fan, a magnin ! Combien n’ai-je pas vu les Chinois prendre leur jambe au cou devant la foule déchaînée de Kobaya ! Il y a à peine deux mois, des dizaines de véhicules des forces de défense sont venus dans la zone. Les malheureuses populations se sont ruée là-bas, croyant que l’Etat était venu donner les sous promis ! Les Chinois ne se montrent plus là-bas. Quand on les chasse, ils vont directement pour voir Alpha à la présidence où il n’y a pas de barrière pour eux, même en période d’Ebola. Le problème, c’est qu’Alpha avait promis que dès le 12 Octobre 2015, il allait revoir la question et que..

Mais nous sommes deux ans et plus après le premier coup KO, et les Chinois ont déjà acheté ces Terres de nos Ancêtres (Billo sy Savané). Alpha est assis entre deux Kibanys : l’un sculpté style Nimba, l’autre style néo-Mao !

Anti écologique

Ces logements sociaux, non viables, Plazza (bloody) Diamond relèvent de la mystification, en lieu et place, il y a Sheraton, un échec, le stade de Nongo un échec. Du côté de Kobaya, il y a une plage, l’une des plus belle au monde, plus belle que celle de Bélair, d’Assouindé en Côte d’Ivoire, qui est déjà livrée aux vautours qui veulent « l’animer », mais qui n’y construiront que des bordels comme celui qui est en plein Lycée de Donka résidence réservée à des invités du Tokten ou d’autres partenaires internationaux de bonne volonté. Cette résidence a été refilée à un privé qui l’a transformée en un hôtel, un bordel de luxe. Tout l’intérieur du Lycée Donka est une réserve où grouille une faune de squatters alors que les étudiants de Polytechnique sont à la rue.

Anti-national

A la manière de Kaporo Rails, ces démolitions dont l’origine remonte à ce document qui « révélait » que Kaporo Rails était le nid de Peuls et surtout d’opposants au régime d’alors, il fallait appliquer la formule de Caton l’ancien :
Il faut détruire Carthage !

Ce jeune sociologue est aujourd’hui ministre d’Etat d’Alpha président à vie de la FEANF (François Hollande). Mais quel rapport avec Démoudoula ? On dit que tel quidam a détourné une rivière, tuant la faune et la flore par un bâtiment. 1 seul bâtiment ! Et Wotan ! Combien de bâtiments de plus de dix étages ou même vingt étages poussent dans Kaloum, sans aucun plan cadastral prévoyant une future délocalisation des habitants de cette léproserie qu’est Kaloum ? Houphouët Boigny avait bien fait déguerpir les « propriétaires » d’Abidjan Plateau, les Bidja pour en faire le Manhattan que l’on admire toujours. Allez dire aux habitants des tôles cassées de Coronthie ou Boulbinet d’aller à Kaporo Rails reconstruit. J’imagine que Baïdy Aribot serait le premier à dire jamais, c’est mon fieff, comme jadis Momo Jo..

Pas de pagaille à Kaloum !

On préfère ce bidonville plus laid que celui de « Washington » dans la Forêt du Banco à Abidjan : nids des bandits et des travailleurs burkinabés qui ont fait la Côte d’Ivoire..

Quel obscurantisme ! Une commue qui fait à peine 5OOOO électeurs qui se prend pour la mère de la patrie, le bouchon d’une bouteille que la Guinée pourrait jeter à la mer, le bouchon et la bouteille s’entend, et les 11 millions neuf cent cinquante mille autres Sous-guinéens ne pourraient plus trouver le sommeil ! Mais Mathurin n’est pas fou et dame Makady chef non élue de la délégation spéciale de ce bouchon de bouteille a remis son pagne comme il faut, le meeting qu’elle avait interdit a bel et bien eu lieu.

Donc casser le SEUL bâtiment de ce monsieur dont je me fiche de savoir le patronyme, est une jauge, pour l’exemple, si tout le monde ferme sa gueule, on remet ça : nouveau Kaporo Rapails. N’oublions pas que nous sommes à Ratoma, la commune de la grenade dégoupillée détenue par..suivez mon regard. Mais Kobaya, Foula Madina, c’est le Kakandé. Nous avons la liste complète de tous ceux qui possèdent des parcelles de Plazza (bloody) Diamond jusqu’à la source bouchée du Lac de Foula Madina. Nous avons les noms de tous les directeurs communaux de l’urbanisme de 1997 à 2017, même si la plupart ont rejoint la terre de leurs ancêtres à force de bouffer la terre des autres.

Quand on sait que c’est Lansana Conté lui-même, un militaire « analphabète » qui a décrété qu’il ne fallait rien toucher du côté villageois de la rive ! Il savait que c’était là un pacte de l’unité nationale scellé entre des cultivateurs peuls et des natifs du Kakandé, pour une poignée de colas. Il va plus loin, en faisant adopter une loi qui réserve des hectares à des réalisations culturelles et touristiques, se réservant la rive d’en face où il y avait l’Ecole de police devenue université Lansana Conté : l’Alpha de la formation rejoignant l’oméga de la culture !

Vive Lanchana (Sassine) !
A bas A lélé tchô !
Wo sigui sa !
Botès bombö Alifa bè !

A moins que tu ne t’asseyes, te prennes la tête et te demandes :
Qu’est-ce qui m’est arrivé, ne suis-je pas président à vie de la .. FEANF ?

Mais que tes pitbulls aux manettes de tes bulldozers viennent jusqu’au caveau que tes fonctionnaires corrompus m’ont laissé de mes 2500 m2 à Foula Madina, ils devront raser les parcelles appartenant à des cadres pourris de francs glissants de la BCRG, de généraux, d’un ex premiers ministre aussi grand que de Gaulle racontant ses mémoires de guerre, d’un autre ex premier ministre qui y planque ses citernes, d’un ministre d’Etat en exercice, oui, ils trouveront mon petit caveau gardé par Dieu – Exalté ! – (1) les attendant et ils pourront continuer ton odyssée dionysiaque jusqu’au bordel qui ouvre ou ferme Sodome et Gomorrhe.

Tu as peut-être lu comment les deux anges ont pulvérisé Sodome et Gomorrhe !

Was-Salam,

Saidou Nour Bokoum
www.nrgui.fr

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

"Allah n'est pas obligé" et Il ne dort pas

Libération de Kassory Fofana : La chambre de contrôle de la Crief a tranché…

C'était la décision judiciaire la plus attendue, ce jeudi 13 octobre 2022 du côté de la Cour de Répression des Infractions Économiques et Financières (Crief).  L’ancien Premier ministre Dr Ibrahima Kassory Fofana ne sortira pas de prison.

L’ancien chef du gouvernement a subi un nouveau revers devant la chambre de contrôle de la CRIEF qui s'est opposée à la confirmation de la décision des juges de la chambre d’instruction qui, fin septembre, avaient ordonné la libération du président du Comité exécutif provisoire du RPG arc-en-ciel, avant que le parquet spécial de la Crief ne fasse appel.

Dans sa décision rendue ce jeudi, 13 octobre 2022, la chambre de contrôle de la Cour de Répression des Infractions Économiques et Financières (CRIEF) a infirmé l'ordonnance de placement sous contrôle judiciaire prise en faveur du prévenu le 27 septembre 2022 par la chambre de l'instruction. Non satisfaits de cette décision, les avocats de Dr Ibrahima Kassory Fofana, poursuivi pour détournement de deniers publics, corruption, blanchiment de capitaux et enrichissement illicite, animeront demain vendredi 14 octobre 2022, une conférence de presse.

Quant à son codétenu, Dr Mohamed Diané, ancien ministre de la Défense, la décision de la chambre de contrôle est attendue le jeudi 20 octobre prochain.

Siba Guilavogui

Pour Africaguinee.com

Relu par Saïdou Nour Bokoum pour www.nrgui.fr

 

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

C'est parti, l'Odyssée funèbre de la descente aux enfers de la Guinée depuis un 28 "septembre 1958 qui atteignit son point d'orgue un 28 septembre 2009..

Alors que leur procès s'ouvrira ce 28 septembre 2022 (12 heures GMT), le capitaine Moussa Dadis Camara et plusieurs de ses coaccusés dans le massacre 2009 ont été écroués ce mardi 27 septembre.

Ils ont été conduits à la maison centrale de Conakry sous une forte escorte militaire peu après 15heures, après un bref interrogatoire au Tribunal de première instance de Dixinn délocalisé dans l'enceinte de la Cour d'Appel de Conakry.

Pourquoi ont-ils été écroués à la veille de l’ouverture de leur jugement ? Le Parquet du Tribunal de première instance de Dixinn a fait une mise au point. Selon le procureur du TPI de Dixinn Alghassimou Diallo, c’est en application des articles préliminaires en ses alinéas 1 et 5, 252 du code de procédure pénale qui cette décision a été prise. Ces articles disposent respectivement :

‘’1-) L'article préliminaire alinéa 1er « la procédure pénale doit être équitable et contradictoire et préserver l'équilibre des droits des parties.

2-) L'article préliminaire alinéa 5: les personnes se trouvant dans des conditions semblables et poursuivies pour les mêmes infractions doivent être jugées selon les mêmes règles .

3-) L'article 252 alinéa 1 : « l'accusé qui a été mis en liberté ou qui n'a jamais été détenu au cours de l’information doit se constituer prisonnier au plus tard la veille de l'audience »’’.

Le Procureur dit que son Parquet a œuvré pour que les accusés libres se constituent prisonniers et rassure que toutes les dispositions nécessaires pour la tenue de ce procès dans le respect des droits de toutes les parties ont été prises.

source : africaguinée

Relu par SNB pour Nouvelle Rpublique de Guinée www.nrgui.fr